18 IMCWP, Contibution of PADS [En, Fr]

10/28/16 10:46 AM
  • Algeria, Algerian Party for Democracy and Socialism [PADS] IMCWP En Fr

Contibution of PADS [En, Fr]

Dear comrades

Algerian Communist warmly thank the Communist Party of Vietnam to organize the 18th International Meeting of Communist Parties and workers in Hanoi.

They are happy to participate in this meeting in Vietnam, a country that still symbolizes the eyes of freedom-loving peoples the heroic armed struggle for 30 years by the Vietnamese people under the leadership of the communists against the French and American imperialists. The victory of Dien Bien Phu in 1954 has had a great impact in our country then under the yoke of colonialism. This victory encouraged the acceleration preparations in starting 1 November 1954 armed uprising for national liberation.

Algerian workers who lived through that period can remember the struggle of the Vietnamese people without mentioning in particular the famous speech that General Giap, invited in 1976 by the government to visit Algiers, spoke during a public meeting. In that speech he said that imperialism is a bad student. He does not learn the lessons of history. He does not understand that it can not indefinitely dominate peoples it exploits, that people when they are led by revolutionary parties always come at great sacrifice, to be free from oppression and the capitalist exploitation. He explained that the imperialist wars were engendred by the capitalist system in its race with the highest rate of profit and the incessant division of the world. He also made it clear that the victory of the Vietnamese people was the result of the fighting spirit of the people under the leadership of a party ideologically welded and resolved to build a socialist society free of capitalist exploitation. As perceptive Marxist-Leninist he made the difference between Vietnam committed socialist change and Algeria aspiring to socialism. This differentiation indicated that Giap had understood that the Algerian regime was not a socialist regime, despite the socialist speeches of the leaders and their economic and social measures favorable to the masses. Algerian communists supported these measures within the framework of the struggle for the completion of economic tasks of the national democratic revolution and criticized the left wing of power for its methods contrary to the interests of workers and for its reluctance to get rid of reactionary wing sabotaging these measures. Giap had great respect for Algerian communists and knew that their party remained banned since independence. He had not forgotten that it was the Algerian communists and not the nationalists who animated dockers' refusal to load weapons onto ships leaving for Vietnam. For him it was an important criterion for understanding the contradictions that crossed the Algerian regime. He had no illusions about the real capacity of the Algerian authority to enforce its official Socialist proclamations.

Indeed the Algerian government, which was led by the revolutionary wing of the petty bourgeoisie during the first 16 years after independence, from 1962 to 1978 had nationalized the land belonging to the settlers, natural resources, including oil and gas. He also had limited private land ownership. The public sector employed 75% of the industry, 100% of the banks, a third of arable land and a third of domestic trade. Foreign trade was at the end of 1970 the total state monopoly. In this context many believed among the people in the irreversibility of the choice of socialism. Under the direction of this petty-bourgeois wing, a charter was adopted in 1976. It proclaimed that the goal was to build a socialist society run by workers. At the same time it rejected scientific socialism and did not recognize the proletariat as a class the ability to assume the leadership of the socialist process. The regime was not prepared to allow the Communists to act freely or to allow the working class to organize outside of the single party. As the regime that emerged from the war of liberation, the one-party regime was not homogeneous. It was crossed by political and ideological differences irreconcilable. These differences reflect the contradictions of its internal composition class. Important sectors in the administration, economy, security services and the army were in the hands of opponents of socialism slyly sabotaged from within the decisions of the revolutionary leadership of power. In fact the supporters of socialism who were within and outside the regime were forced to fight in the adverse conditions of the ban on the party of the Communists and the negative hegemony of a single party on the activity of the masses. They had their hands tied while the Socialist opponents had strong positions in the state to destabilize the economy. Despite the socialist discourse, the forces of capitalism were rapidly reinforced. Economic positions they held gave them the means to corrupt leaders, civilian and military officials of the State. The money accumulated through rapid economic growth under the leadership of the public sector and the links forged by marriages links with senior officials had given them a new power to attack the officially socialist choice. The hesitations of the revolutionary petty bourgeoisie in power to unite itself resolutely with the Communists and to rely on the independent action of the working class had ended after 20 years lead to the eviction of regime officials opposed to capitalism.

During the first 20 years after political independence, the country was able to defend its sovereignty with the objective alliance formed between the anti-capitalist wing of the regime, the communists, the masses and the socialist camp. The country was able to build in a short time an important industrial base. But that sovereignty has become a pure subject of deception since the bourgeoisie has managed to impose its political and economic domination, and to strengthen ties with imperialism. From that time until today the industrialization process in the way of economic independence was interrupted and oil revenues are used to finance unproductive expenses of the bourgeoisie. Current speeches of the leaders of the bourgeoisie over the defense of sovereignty and the reactivation of non-alignment principles on the blocks used to conceal a political bargaining between the local bourgeoisie and imperialism for an "equitable" sharing of profits from the exploitation of the working class and spheres of influence.

Algerian Communists have learned important lessons from the critical analysis of this period and the consequences of incorrect positions taken by their party. Their biggest mistake was not to have engaged in a frontal fight against the regime resulting from the swing to the right made in 1980. This serious mistake was justified by the thesis that it was possible and necessary to keep an internal anti-imperialist front to preserve the independence. This thesis was invalided by the life. These errors are compounded under the influence of ideas of Gorbachev the "new mentality". They have resulted in the abandonment of class criteria in the analysis of the nature of the economic system and the definition of political tactics. The currents remained faithful to the principles of Marxism-Leninism had been slow to openly engage in combat against the opportunistic defeatist approach taken by leadership and the vast majority of party management. This facilitated the intrigues of the liquidators that led to the disintegration of the party in 1992. This has also created immense difficulties to rebuild it on the Marxist-Leninist foundations.

Dear comrades,

Around the world, the faithful communists to the teachings of Marx, Engels and Lenin have huge tasks to end capitalist exploitation, poverty, social inequality, oppression and imperialist wars. The many hotbeds of wars and of tension kindled by the imperialist oligarchy in Arab countries, Africa, Asia, on the borders with Russia, itself driven by her bourgeois oligarchic to expand worldwide, the operations removal of regimes which do not like, even though they were elected according to the rules of bourgeois democracy, are the prelude to new conflagration to apocalyptic consequences for humanity. The fight should be intensifyed to bring together the forces that want peace, reject interference and imperialist interventions, reaffirm the right of peoples to choose their way of developing. But it is clear to us Communists that wars are inevitable as long as capitalist exploitation and private ownership of means of production exist. The struggle against imperialist wars is closely linked to the struggle to overthrow the imperialist bourgeois order. Trends in the war expressed exacerbation insurmountable contradictions of the capitalist system: crisis of overproduction and over-accumulation of capital, inter-imperialist rivalries and imperialist wars for the division and redivision of the world domination zones and influences, for control of resources, energy sources, the work force, wars to protect markets for the benefit of a minority of moguls of finance, banking and industry, frenzied offensive of the bourgeoisie to deprive the working class and formerly colonized peoples from their social and political conquests. These conquests had been torn in the global context favorable to the existence of the socialist camp and coordination of the struggle of the labor movement in this countries with this camp. The liberation movement of oppressed people certainly would not have managed to free themselves from colonial domination without their objective alliance with the socialist camp and the international communist movement.

Communists must deploy all their energy for returning to attack in order to achieve the great task remains on the agenda of the present time: the revolutionary transition from capitalism to socialism.

Everywhere the Communists are faced with the same task: rebuilding the party of socialist revolution, giving hope to workers operating in the possibility and necessity of the seizure of power by the proletariat and its allies, for the expropriation of the exploiters, for establishment of social ownership of the means of production, for a social management mode based on the planning for the satisfaction of social needs and not the search for capitalist profit.

The resulting tasks for the entire international revolutionary labor movement are clear:

- uncompromising ideological fight against the social democratic ideology of class collaboration, against opportunism in all its varieties, particularly against defeatism that continues to paralyze important sectors among the exploited after the victory of the against-revolution in the USSR in the GDR and in the former socialist countries, against the denigration of bourgeois social democratic and Trotskyist propaganda about the experience of building socialism inaugurated by the revolution of October 1917 we celebrate the 100 th anniversary year next;

- Struggle to show that the existence of the socialist camp had brought the exploited and oppressed peoples and that its destruction has instead resulted as misfortunes and social regression in the whole planet;

- Reaffirmation of the essential proletarian internationalism, solidarity and exchange between different national detachments of the international communist movement, coordination of their struggle.

These control axes are closely linked. They are among the tasks that govern the successful reconstruction of the communist movement in each country and internationally.

Long live proletarian internationalism!

Chers camarades

Les communistes algériens remercient le Parti Communiste du Vietnam pour l'organisation de cette 18 ème Rencontre Internationale des Partis Communistes et ouvriers à Hanoï.

Il sont heureux de participer à cette rencontre au Vietnam, un pays qui symbolise toujours aux yeux des peuples épris de liberté le combat armé héroïque mené durant 30 ans par le peuple vietnamien sous la direction des communistes contre les impérialistes français et américains. La victoire de Dien Bien Phu en 1954 a eu un grand retentissement dans notre pays alors sous le joug du colonialisme. Cette victoire encouragea l'accélération des préparatifs du déclenchement le 1 er novembre 1954 de l'insurrection armée pour la libération nationale.

Le nom du général Giap est très cher à notre peuple. En 1976 il a visité Alger à l'invitation du gouvernement. Le discours qu'il prononça au cours d'un meeting populaire est gravé dans la mémoire des travailleurs. Dans ce discours il avait dit que l'impérialisme était un mauvais élève. Il n'apprend pas les leçons de l'histoire. Il ne comprend pas qu'il ne peut pas dominer indéfiniment les peuples qu'il exploite, que les peuples quand ils sont dirigés par des partis révolutionnaires arrivent toujours, au prix de grands sacrifices, à se libérer de l'oppression et de l'exploitation capitaliste. Il expliqua que les guerres impérialistes étaient engendrées par le système capitaliste dans sa course aux taux de profit les plus élevés et au partage incessant du monde. Il fit aussi comprendre que la victoire du peuple vietnamien était le résultat de la combativité du peuple sous la direction d'un parti idéologiquement soudé et résolu à construire une société socialiste débarrassé de l'exploitation capitaliste. En tant que marxiste-léniniste perspicace il fit la différence entre le Vietnam engagé dans des changements socialistes et l'Algérie aspirant au socialisme. Cette différenciation indiquait que Giap avait bien compris que le régime algérien n'était pas un régime socialiste malgré les discours socialistes des dirigeants et leurs mesures économiques et sociales favorables aux masses populaires. Les communistes algériens soutenaient ces mesures dans le cadre de la lutte pour l'achèvement des tâches économiques de la révolution nationale-démocratique et critiquaient l'aile gauche du pouvoir pour ses méthodes contraires aux intérêts des travailleurs et pour ses hésitations à se débarrasser de l'aile réactionnaire qui sabotait ces mesures. Giap avait un grand respect pour les communistes algériens et savait que leur parti était toujours interdit depuis l'indépendance. Il n'avait pas oublié que c'était les communistes algériens et non les nationalistes qui avaient animé le refus des dockers de charger les armes sur les navires en partance vers le Vietnam. C'était pour lui un critère important pour comprendre les contradictions qui traversaient le régime algérien. Il ne se faisait aucune illusion sur la capacité réelle du pouvoir algérien à appliquer ses proclamations officiellement socialistes.

En effet l'Etat algérien, qui était dirigé par l'aile révolutionnaire de la petite-bourgeoisie durant les 16 premières années qui ont suivi l'indépendance, de 1962 à 1978, avait nationalisé les terres qui appartenaient aux colons, les richesses naturelles, et notamment le pétrole et le gaz. Il avait aussi limité la propriété foncière privée. Le secteur public occupait 75% de l'industrie, 100% des banques, un tiers des terres cultivables et un tiers du commerce intérieur. Le commerce extérieur était à la fin des années 1970 le monopole total de l'Etat. Dans un tel contexte beaucoup crurent au sein du peuple à l'irréversibilité du choix du socialisme. Sous la direction de cette aile petite-bourgeoise, une charte fut adoptée en 1976. Elle proclamait que le but était la construction d'une société socialiste dirigée par les travailleurs. En même temps elle rejetait le socialisme scientifique et ne reconnaissait pas au prolétariat en tant que classe la capacité à assumer la direction des processus socialistes. Le régime n'envisageait donc pas d'autoriser les communistes à agir librement ni à permettre à la classe ouvrière de s'organiser en dehors du parti unique. En tant que régime issu de la guerre de libération, le régime du parti unique n'était pas homogène. Il était traversé par des divergences politiques et idéologiques inconciliables. Ces divergences reflétaient les contradictions de sa composition de classe interne. Des secteurs importants dans l'administration, l'économie, les services de sécurité et l'armée étaient aux mains des adversaires du socialisme qui sabotaient sournoisement de l'intérieur les décisions de la direction révolutionnaire du pouvoir. En fait les partisans du socialisme qui se trouvaient au sein et en dehors du régime étaient obligés de lutter dans les conditions défavorables de l'interdiction du parti des communistes et de l'hégémonie négative exercée par le parti unique sur l'activité des masses. Ils avaient les mains liées alors que les adversaires du socialisme disposaient de fortes positions dans l'Etat pour déstabiliser l'économie. Malgré les discours socialistes, les forces du capitalisme s'étaient renforcées rapidement. Les positions économiques qu'elles détenaient leur donnaient les moyens de corrompre les dirigeants, les cadres civils et militaires de l'Etat. L'argent accumulé grâce à une croissance rapide de l'économie sous l'impulsion du secteur public et les alliances tissés par les liens de mariages avec de hauts responsables leur avaient donné une puissance nouvelle pour attaquer les choix officiellement socialistes. Les hésitations de la petite-bourgeoisie révolutionnaire au pouvoir à s'allier résolument avec les communistes et à s'appuyer sur l'action indépendante de la classe ouvrière, avaient fini au bout de 20 ans par mener à l'éviction des responsables du régime opposés au capitalisme.

Durant les 20 premières années qui ont suivi l'indépendance politique, le pays a pu défendre sa souveraineté grâce à l'alliance objective réalisée entre l'aile anticapitaliste du régime, les communistes, les masses populaires et le camp socialiste. Le pays a pu construire en un temps très court une base industrielle importante. Mais cette souveraineté est devenue un pur sujet de tromperie depuis que la bourgeoisie a réussi à imposer sa domination politique et économique et à resserrer ses liens avec l'impérialisme. Depuis ce moment jusqu'à aujourd'hui le processus d'industrialisation dans la voie de l'indépendance économique a été interrompu et les recettes pétrolières servent à financer les dépenses improductives de la bourgeoisie. Les discours actuels des dirigeants de la bourgeoisie sur la défense de la souveraineté et la réactivation des principes du non-alignement sur les blocs servent à dissimuler une politique de marchandage entre la bourgeoisie locale et l'impérialisme pour un partage "équitable" des profits tirés de l'exploitation de la classe ouvrière et des sphères d'influence.

Les communistes algériens ont tiré des enseignements importants de l'analyse critique de cette période et des conséquences des positions erronées prises par leur parti. La plus grande de leurs erreurs fut de ne pas s'être engagés dans un combat frontal contre le régime issu du coup de barre à droite effectué en 1980. Cette grave erreur fut justifiée par la thèse selon laquelle il était possible et nécessaire de maintenir un front interne anti-impérialiste pour préserver l'indépendance du pays. Cette thèse a été infirmée par la vie. Ces erreurs se sont aggravées sous l'influence des idées gorbatchéviennes de la "nouvelle mentalité ". Elles se sont traduites par l'abandon des critères de classe dans l'analyse de la nature du système économique et la définition de la tactique politique. Les courants demeurés fidèles aux principes du marxisme-léninisme avaient tardé à engager ouvertement le combat contre l'orientation opportuniste défaitiste adoptée par la direction et la grande majorité de l'encadrement du parti. Cela a facilité les menées des liquidateurs qui ont conduit à la désintégration de leur parti en 1992. Cela a également créé d'immenses difficultés à le reconstruire sur des bases marxistes-léninistes.

Chers camarades,

Partout dans le monde, les communistes fidèles à la doctrine de Marx, Engels et Lénine, ont d'immenses tâches à accomplir pour en finir avec l'exploitation capitaliste, la misère, les inégalités sociales, l'oppression et les guerres impérialistes. Les nombreux foyers de guerres ou de tension allumés par les oligarchies impérialistes dans les pays arabes, en Afrique, en Asie, sur les frontières avec une Russie, elle-même poussée par sa bourgeoise oligarchique à s'étendre dans le monde, les opérations de destitution des régimes qui ne leur plaisent pas, malgré le fait qu'ils aient été élus suivant les règles de la démocratie bourgeoise, sont le prélude à de nouvelles conflagrations aux conséquences apocalyptiques pour l'humanité. Le combat doit être intensifié pour rassembler les forces qui veulent la paix, rejettent les ingérences et les interventions impérialistes, réaffirment le droit des peuples à choisir leur voie de développement. Mais il est clair pour nous communistes que les guerres sont inévitables tant qu'existeront l'exploitation capitaliste et la propriété privée des moyens de production. La lutte contre les guerres impérialistes est intimement liée à la lutte pour renverser l'ordre bourgeois-impérialiste révolu. Les tendances à la guerre expriment l'exacerbation des contradictions internes insurmontables du régime capitaliste: crise de surproduction et de suraccumulation des capitaux, rivalités inter-impérialistes et guerres impérialistes pour le partage et le repartage du monde en zones de domination et d'influences, pour le contrôle des richesses, des sources d'énergie, de la force de travail, guerres pour la protection des marchés au bénéfice d'une minorité de grands manitous de la finance, des banques et de l'industrie, offensive forcenée de la bourgeoisie pour enlever à la classe ouvrière et aux peuples anciennement colonisés leurs conquêtes sociales et politiques. Ces conquêtes avaient été arrachées dans le contexte mondial favorable de l'existence du camp socialiste et de la coordination de la lutte du mouvement ouvrier des pays capitalistes avec ce camp. Le mouvement de libération des peuples opprimés n'aurait certainement pas réussi à s'affranchir de la domination coloniale sans son alliance objective avec le camp socialiste et le mouvement communiste international.

Les communistes doivent déployer toute leur énergie pour repartir à l'assaut afin de réaliser la grande tâche qui demeure inscrite à l'ordre du jour de l'époque actuelle: le passage révolutionnaire du capitalisme au socialisme.

Partout les communistes sont confrontés à la même tâche: reconstruire le parti de la révolution socialiste, redonner espoir aux travailleurs exploités dans la possibilité et la nécessité de la prise du pouvoir par le prolétariat et ses alliés, pour l'expropriation des exploiteurs, pour l'instauration de la propriété sociale des moyens de production, pour un mode de gestion sociale fondé sur la planification en vue de la satisfaction des besoin sociaux et non plus la recherche du profit capitaliste.

Les tâches qui en découlent pour tout le mouvement ouvrier révolutionnaire international sont claires:

-lutte idéologique sans merci contre l'idéologie sociale-démocrate de collaboration des classes, contre l'opportunisme sous toutes ses variétés et notamment contre le défaitisme qui continue à paralyser de secteurs importants parmi les exploités après la victoire de la contre-révolution en URSS, en RDA et dans les anciens pays socialistes, contre le dénigrement par la propagande bourgeoise, social-démocrate et trotskiste de l'expérience de la construction du socialisme inaugurée par la révolution d'octobre 1917. Nous aurons à célébrer l'an prochain son 100 ème anniversaire sous le feu redoublé de la propagande bourgeoisie visant à la criminaliser;

- combat pour montrer ce que l'existence du camp socialiste avait apporté aux exploités et aux peuples opprimés et ce que sa destruction a au contraire entraîné comme malheurs et régression sociale à l'ensemble de la planète;

- réaffirmation de l'indispensable internationalisme prolétarien, solidarité et échange entre les différents détachements nationaux du mouvement communiste international, coordination de leur combat.

Ces axes de lutte sont étroitement liés. Ils font partie des tâches qui conditionnent le succès de la reconstruction du mouvement communiste dans chaque pays et à l'échelle internationale.

Vive l'internationalisme prolétarien!

Events

September 18, 2020 - September 19, 2020 - Barcelona 2nd Congress of Communists of Catalonia
November 27, 2020 - November 29, 2020 - Portugal XXI Congress of the Portuguese Communist Party
September 3, 2021 - September 5, 2021 - Portugal 45th edition of the «Avante!» Festival