20 IMCWP, Informative Note of AKFM Madagascar

11/15/18 6:19 PM
  • Madagascar, Party of the Congress for the Independence of Madagascar [AKFM] 20th IMCWP Fr Africa Communist and workers' parties

CONFERENCE INTERNATIONALE

 DES PARTIS COMMUNISTES ET PARTIS OUVRIERS

Athènes-Grèce

23-24-25 Novembre 2018

---------------------------

NOTESsuccinctes

sur la situation politique générale

à Madagascar

---------------------------

 

Quelques points de repères

de l’Histoire politique de Madagascar :

 

06 Août 1896 : Le Parlement français vote la Loi d’Annexion faisant de Madagascar une colonie.

A partir de ce moment surgissent les mouvements de résistance à l’occupation française, dans toutes les parties de l’Île. 

1946 : Fondation du « Mouvement Démocratique pour la Rénovation de Madagascar »-MDRM  

1947 : Mouvement  populaire armé pour la libération de Madagascar. Répression féroce et sans égale par l’armée coloniale, ayant fait plus 90.000 morts sur quelque 4 millions d’habitants. Dissolution du Parti MDRM. 

10 Novembre 1958 : Fondation du « Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar-AKFM », dans l’objectif de poursuivre la lutte populaire de 1947. La plupart des membres du MDRM en deviennent les membres fondateurs. 

26 Juin 1960 : Proclamation officielle de l’Indépendance de Madagascar. Instauration d’un régime pro-français. Période du « Néocolonialisme ».

L’AKFM se positionne dans l’opposition. 

1960 -1972 : Lutte fervente du Peuple malagasy, conduite par l’AKFM et ses Organisations démocratiques affiliés (Syndicat révolutionnaire, Organisation de la Jeunesse et des Etudiants Révolutionnaires, Organisations des femmes révolutionnaires, Comité de Solidarité de Madagascar,…), pour instaurer une politique véritablement indépendante sur le plan politique, économique, social, culturel,… 

1975 – 1991 : Instauration d’un régime d’orientation socialiste.

L’AKFM a occupé des postes de responsabilité dans le gouvernement et autres instances de ce Régime.

                        Le bouleversement du système des relations internationales en faveur du libéralisme, a provoqué des effets néfastes dans les Pays en voie de développement. Madagascar n’en a pas été épargné 

1991 – 2002 : Manifestation populaire dirigée par des forces réactionnaires locales. Retour au système capitaliste.

2002 – 2009 : Succession de gouvernements à idéologie libérale, ultra-libérale. L’AKFM se verse de nouveau dans l’opposition. Un large mouvement populaire qui s’est terminé par un évènement sanglant, conduit à la démission du Président de la République et à son exil en Afrique du qsud

2009 – 2014 :  Période de transition, marquée les conditions de vie très difficiles de la population, ainsi que de la crise économico-politique.

L’AKFM participe à la gestion de cette période, dirigée par Andry RAJOELINA : occupant des postes de responsabilité au sein du Conseil Supérieur de la Transition, l’AKFM a contribué à l’assainissement de la situation.

2014 – 2018 : Existence d’un Régime  prônant la continuation de la lutte populaire de 2009, mais qui a trahi délibérément, par la suite, la confiance de ses partisans et du Peuple.Nouvelle situation nationale délétère.

 L’AKFM rallie les forces progressistes, pour constituer une opposition dynamique.se verse de nouveau dans l’opposition.

 

SUR LE REGIME de 2014 - 2018 

Il a été essentiellement caractérisé par :

  • La corruption généralisée, et plus particulièrement au niveau des plus hautes instances de l’Etat :
  • Au niveau de la Présidence : plusieurs scandales de détournement de denier public, de contrats opaques avec des sociétés étrangères inexistantes,…
  • Gouvernement :des Ministres impliqués dans divers détournements ou de signature de contrats opaques ; machination de contrats ;
  • Parlement : des Députés pris en flagrant délit de corruption ‘(achat de vote, vote en contrepartie de voiture de luxe,…)
  • Justice :des Magistrats sous enquête pour corruption flagrante,…
  • Haute Cour Constitutionnelle : forte soupçon sur des décisions défendant les intérêts du Président de la République, contre des sommes considérables,…
  • Douanes : impliquées dans diverses affaires de corruption, d’abus de pouvoir,…
  • L’insécurité générale :

-pillages de bovidés :des dizaines de milliers de victimes, aussi bien du côté des voleurs lourdement armés, que des forces de l’ordre ou de la part des civils,

- braquages de banques : des sommes faramineux volées et sans suite,

- kidnappings : des cas fréquents et presque hebdomadaires en certain temps, et dont les auteurs ne sont identifiés que rarement ; soupçon d’implication de certains hauts responsables,…

-  vols et cambriolages :des cas quotidiens dans toute l’Île, dans les campagnes et même en plein centre des grandes villes

- assassinats crapuleux : phénomènes également fréquents, aux motifs véreux, voire mafieux,…

  • Domination sans partages des sociétés multinationales dans presque tous les secteurs de l’économie :

- secteur primaire :achats de vastes terrains à des prix dérisoires pour de grandes exploitations

, - secondaire : production d’énergie,

- tertiaire ; télécommunication, grandes surfaces, hôtellerie, aéroports,…

- Pillages des ressources naturelles de Madagascar ;contrat pour la prospection et l’exploitation des ressources minières  (pétrole, or, pierres précieuses, ilménite, cobalt, coltan, uranium, platine, terres rares,..), des bois précieux(bois de rose et bois d’ébène),et  des faunes et flores endémiques (tortues,hippocampes,..)

  • Inflation galopante, entrainant une augmentation insoutenable du coût de la vie de la population,
  • Augmentation constante du taux de chômage, surtout parmi les jeunes ;
  • Approfondissement du fossé séparant la couche la plus riche et les couches les plus pauvres de la société ;

Dans cette conjoncture, l’AKFM, parti d’opposition, et par des formes diverses(déclarations, mobilisations,manifestations ,…) a fait appel à un large rassemblement des forces progressistes, pour l’instauration d’un régime  véritablement démocratique et  populaire, pour la Justice et l’Equité, pour la liberté, bref pour un changement radical de Régime.

       Dans son « Programme de sortie de crise pour un développement véritable et pérenne de Madagascar », l’AKFM préconise essentiellement : 

Sur les relations internationales de Madagascar :

  • La mise en place d’une politique extérieure basée sur la défense de la souveraineté nationale ;
  • Le refus des ingérences extérieures dans les affaires internes de Madagascar sous toutes ses formes ;
  • La revendication de la mise en place d’une nouvelle ordre économique mondiale.

Sur la politique nationale :

  • Le renouvellement de tous les accords concernant l’exploitation des ressources naturelles ;
  • La suspension immédiate de l’accord concernantl’implantation de« Zone Economique Spéciale » (ZES ») et tout autre accords économique ayant pour but de vendre la Patrie.
  • L’élaboration d’une politique générale de l’énergie comme base de tout développement, et qui doit commencer par l’industrialisation en général.

 

La position de l’AKFM par rapport à l’élection présidentielle

du 07 novembre 2018 :

 

C’est  sur la base de ces objectifs que l’AKFM a soutenu  le Candidat Andry RAJOELINA, promoteur du Programme « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » et qu’il a participé pleinement dans les activités de propagande pour sa réelection. Vu l’aspiration populaire et les résultats partiels publiés jusqu’ici, ce candidat est en bonne voie d’être élu.