15 IMCWP, Contribution of CP of Canada [En., Fr.]

11/10/13 6:35 PM
  • Canada, Communist Party of Canada IMCWP En Fr

15th Meeting of the Communist and Workers’ Parties

Nov. 8-10, 2013 Lisbon, Portugal

Intervention of the Communist Party of Canada

Presented by Elizabeth Rowley,

Member of the Central executive Committee and

Ontario Provincial Leader,

Communist Party of Canada

It is a great honour and a privilege to speak from a platform in the homeland of the great Communist internationalist and theorist Comrade Alvaro Cunhal. Would that he were with us now to give us his thinking on the very difficult problems facing the international working class and the Communist and Workers’ Parties today. No doubt he would counsel unity of the international Communist movement as an essential ingredient in the struggle against imperialism, war and reaction, and for social advance and socialism.

Last spring, our 37th Convention determined that our Party Program which outlines our strategy for socialism in Canada should be reviewed and updated prior to the 38th Convention in 2016. The central question is the transition to socialism, the phases of transition and the objectives of each phase, and the alliances necessary to achieve those objectives.

In addition, the national question in Canada and the national rights of the Québécois(es) and of Aboriginal peoples across the country, is a central factor that affects all aspects of the struggle for socialism, and for a united mass resistance to imperialism and war abroad, and austerity and reaction at home.

As we prepare for this discussion, which is about the role and objectives of our small revolutionary party in non-revolutionary conditions, we reiterate our conviction that we are in the epoch of the transition from capitalism to socialism and that there is no other rung on the ladder of social and human history but socialism. We also reiterate that the transition to socialism occurs in each country according to a timetable determined by the objective and subjective conditions obtaining in each country, including the strength and unity of the working class and its allies, the strength and influence of the Communist Party, the development of class and political consciousness among the people, and the development of a revolutionary situation.

More than twenty years after the fall of the USSR and the socialist bloc, we can say that the greatest damage to our revolutionary cause, in Canada, was the widespread conclusion that socialism doesn’t work and is therefore not the alternative to capitalism that working people are searching for in increasing numbers today. This is the consequence of the ‘end of the history’ proclamations, which while they are quite wrong, have had widespread effect in the advanced capitalist countries, including Canada. We have an enormous job to do politically and ideologically to counter the state sponsored anti-communist campaigns, and to recreate the magnetism of socialism – working class power – that galvanized workers for socialism in the past. Developments In Cuba and Latin America have sparked the hopes of millions of people that imperialism can be defeated and that a new world order, based on democracy, sovereignty, peace, environmental security, and socialism, can be achieved through the people’s struggle.

We are confronted with new problems, including the environmental catastrophe that is engulfing the whole world; the result of unbridled capitalist greed and development. We must become the champions of peace and the environment, linking these issues to the need for profound and fundamental change, to the Communist agenda, and to socialism.

In this same time, we have seen the crisis of social democracy play out internationally and in Canada, where the New Democratic Party has abandoned all responsibility and accountability to the working class and the organized labour movement, and has jettisoned its progressive policies in favour of neoliberal dogma – all in pursuit of government power and corporate approval.

The CPC has long since abandoned its 1971 policy of seeking cooperation with the NDP when the NDP leadership abandoned socialism as its stated goal; all references to socialism have been finally purged from that party’s program and constitution earlier this year.

Yet there are many socialist-minded members of the NDP with whom we work closely in the labour and people’s movements, who are horrified by the NDP’s positions in support of war and against the best interests of the working class and working people. The NDP’s electoral gains in the last election could easily melt away in the 2015 election, as those votes were mainly against the Conservative austerity policies; not in support of social democratic policies of austerity.

As austerity bites deeper into wages and living standards, as unemployment and social conditions worsen, and as the attack on labour and democratic rights sharpens, there is also a growing demand for an organized economic, social and political resistance lead by labour and its social and community allies.

A sharp struggle has opened up in the labour movement between left and right social democrats over the direction of the trade union movement, their view of mass independent labour political action, and their relations with the NDP. The central issue is class struggle or class collaboration.

Communists in the trade unions and people’s movements are fighting for escalating mass independent political action that will put tens of thousands of people in the streets against austerity and anti-labour, anti-democratic attacks, including Conservative efforts to break the trade union movement and eliminate the right to strike with US styled, right-to-work laws. We fight for a people’s agenda of jobs, rising wages, incomes and living standards, for strong public services, affordable housing, quality public and post-secondary education, universal public healthcare, expanded labour, social, civil and democratic rights, for peace and environmental security, for sovereignty, and for the right of nations to self-determination up to and including the right to secession.

While we do not advocate secession, and in fact warn against secession in the current political context, we defend and uphold the right to nations in Canada to choose secession, in the same way we defend and uphold the rights of men and women to divorce if that is their choice.

In upholding these rights, we create the essential conditions for unity on an equal, voluntary basis in a socialist Canada. We also create the conditions for unity of the working class in English-speaking Canada, in Québec, and among Aboriginal Peoples, in the struggle to resist capitalist globalization, austerity, war, and reaction today, and for socialism tomorrow.

Our objective is to build a broad-based People’s Coalition which, with labour at its core, is an alliance that can launch an extra-parliamentary counter-offensive against the corporations and their right-wing governments. We anticipate that this will lead to new forms of cooperation and alliances that will have a political parliamentary expression, able to curb corporate power, and introduce far-reaching and fundamental social and economic reforms. This will not unfold without the strong, revolutionary leadership of the Communist Party.

Canadian Communists recognize that the specific conditions in Canada, as an advanced capitalist country deeply integrated into the US economy and being rapidly integrated into the US war machine, will not be the same as in other countries where objective and subjective conditions are different. Lenin looked for the weak link in imperialism’s chain, reflecting the dialectics of the class struggle nationally and internationally.

What is universal is the transition to socialism as a historical necessity, based on the specific conditions and alignment of forces in each country. We recognize and respect those specificities, while also expressing our strong support for more coordination and unity of the World Communist Movement and of the international working class movement.

In conclusion, we would like to thank the Portuguese Communist Party for generously agreeing to host this important meeting.

Thank you.

15ième réunion des Partis communistes et ouvriers
8 au 10 novembre, 2013
Lisbonne, Portugal


Présentation du Parti communiste du Canada


Présentée par Elizabeth Rowley,
Membre du Comité exécutif central et
Cheffe provinciale d'Ontario,
Parti communiste du Canada

C'est un grand honneur et un privilège de prendre la parole à une tribune dans la patrie du grand communiste internationaliste et théoricien qu’était le camarade Alvaro Cunhal. Si seulement il pouvait être avec nous maintenant pour nous faire part de ses réflexions sur les problèmes très difficiles auxquels sont confrontés la classe ouvrière internationale et les partis communistes et ouvriers aujourd'hui. Sans doute conseillerait-il que l’unité du mouvement communiste international constitue un ingrédient essentiel dans la lutte contre l'impérialisme, la guerre et la réaction, et pour le progrès social et le socialisme.

Le printemps dernier, notre 37ième Congrès a décidé que le programme de notre parti qui décrit notre stratégie pour le socialisme au Canada devrait être revu et mis à jour avant le 38ième congrès en 2016. La question centrale est la transition vers le socialisme, les phases de transition et les objectifs de chaque phase, et les alliances nécessaires pour atteindre ces objectifs.

En outre, la question nationale au Canada et les droits nationaux des Québécois(es) et des peuples autochtones à travers le pays, sont des facteurs centraux qui affectent tous les aspects de la lutte pour le socialisme, et pour une résistance unifiée des masses contre l'impérialisme et la guerre à l'extérieur du pays, et contre l'austérité et la réaction à l’intérieur.

Comme nous nous préparons pour cette discussion, qui porte sur le rôle et les objectifs de notre petit parti révolutionnaire dans des conditions non-révolutionnaires, nous réitérons notre conviction que nous sommes à l'époque de la transition du capitalisme versle socialisme et qu'il n'y a pas d'autre échelon dans l'échelle de l'histoire sociale et humaine que le socialisme. Nous réaffirmons également que la transition vers le socialisme se produit dans chaque pays selon un calendrier déterminé par les conditions objectives et subjectives qui prévalent dans chaque pays, incluant la force et l'unité de la classe ouvrière et de ses alliés, la force et l'influence du parti communiste, le développement de la conscience de classe et politique au sein du peuple et le développement d'une situation révolutionnaire.

Plus de vingt ans après la chute de l'URSS et du camp socialiste , nous pouvons dire que le plus grand tort à notre cause révolutionnaire, au Canada, a été la conclusion largement répandue que le socialisme ne fonctionne pas et n'est donc pas l'alternative au capitalisme que les travailleuses et les travailleurs de plus en plus nombreux recherchent aujourd'hui . Ceci est la conséquence des proclamations de la «fin de l'histoire », qui bien qu’elles soient totalement fausses, ont eu un effet largement répandue dans les pays capitalistes avancés, dont le Canada. Nous avons un énorme travail à faire politiquement et idéologiquement pour contrer les campagnes anti-communistes parrainées par l’État, et pour recréer le magnétisme du socialisme - le pouvoir de la classe ouvrière – qui poussait les travailleuses et les travailleurs vers le socialisme dans le passé. Les développements à Cuba et en Amérique latine ont suscité l’espoir chez des millions de personnes que l'impérialisme peut être vaincu et qu'un nouvel ordre mondial fondé sur la démocratie, la souveraineté, la paix, la sauvegarde de l’environnement et le socialisme, peut être instauré grâce à la lutte du peuple.

Nous sommes confrontés à de nouveaux problèmes, notamment la catastrophe écologique qui engloutit le monde entier, et qui est le résultat de la cupidité débridée et du développement capitaliste. Nous devons devenir les champions de la paix et de l'environnement, en liant ces questions à la nécessité d'un changement profond et fondamental, au programme communiste, et au socialisme.

En même temps, nous avons vu la crise de la social-démocratie se jouer à l'échelle internationale et au Canada, où le Nouveau Parti Démocratique dans sa quête du pouvoir gouvernemental et de l’approbation des entreprises capitalistes, a fini par abandonner toute responsabilité et reddition de compte vis à vis la classe ouvrière et le mouvement ouvrier organisé, et larguer ses politiques progressistes en faveur du dogme néolibéral.

Le PCC a depuis longtemps abandonné sa politique de 1971 de rechercher une coopération avec le NPD lorsque la direction de ce dernier a abandonné le socialisme comme son objectif déclaré; toutes les références au socialisme ont finalement été purgées du programme et de la constitution de ce parti plus tôt cette année.

Toutefois, il ya beaucoup de membres du NPD aux idées socialistes avec qui nous travaillons en étroite collaboration dans les mouvements ouvriers et populaires, qui sont horrifiés par les positions du NPD en faveur de la guerre et contre les meilleurs intérêts de la classe ouvrière, des travailleuses et des travailleurs. Les gains électoraux du NPD lors des dernières élections pourraient facilement disparaître aux élections de 2015, puisque ces votes étaient principalement en opposition aux politiques d'austérité des Conservateurs, non en soutien aux politiques d'austérité social-démocrates.


L’austérité rongeant de plus en plus profondément dans les salaires et les conditions de vie, le chômage les conditions sociales empirant et l'attaque contre les droits des travailleuses et des travailleurs et les droits démocratique s’aggravant, il se manifeste une demande croissante en faveur d’une résistance économique, sociale et politique organisée, sous la direction du mouvement ouvrier et de ses alliés sociaux et communautaires .

Une lutte acharnée a cours au sein du mouvement ouvrier entre les sociaux-démocrates de gauche et de droite à propos de l’orientation que doit adopter le mouvement syndical, de leur vision de l'action politique de masse et indépendante du mouvement ouvrier, et de leurs relations avec le NPD. La question centrale est la lutte des classes ou la collaboration de classe.

Les communistes au sein des syndicats et des mouvements populaires luttent pour une intensifier une action politique de masse indépendante qui mettra des dizaines de milliers de personnes dans les rues contre les attaques d'austérité, anti-ouvrières et anti-démocratiques, y compris les efforts des Conservateurs pour briser le mouvement syndical et éliminer le droit de grève avec des lois de style américain sur le droit au travail . Nous nous battons pour un programme populaire de création d'emplois, de hausse des salaires, des revenus et du niveau de vie, pour des services publics forts, pour le logement abordable, l’éducation publique et post-secondaire de qualité, des soins de santé publics et universels, pour l’extension des droits syndicaux, sociaux, civils et démocratiques, pour la paix et la sécurité de l'environnement, pour la souveraineté et le droit des nations à l'autodétermination jusqu'à et y compris le droit à la sécession.

Bien que nous ne préconisons pas la sécession, et en fait, mettons en garde contre la sécession dans le contexte politique actuel, nous défendons et soutenons le droit des nations au Canada de choisir la sécession, de la même manière que nous défendons et soutenons les droits des hommes et des femmes au divorce, si c'est leur choix.

En soutenant ces droits, nous créons les conditions indispensables pour établir l'unité sur un pied d'égalité et sur une base volontaire dans un Canada socialiste. Nous créons également les conditions de l'unité de la classe ouvrière du Canada anglophone, du Québec, et des peuples autochtones, dans la lutte pour résister à la mondialisation capitaliste, à l'austérité, à la guerre et la réaction aujourd'hui, et demain pour le socialisme.

Notre objectif est de construire une large coalition populaire ayant le mouvement ouvrier comme noyau central, qui permettra de lancer une contre-offensive extra-parlementaire contre les sociétés capitalistes et leurs gouvernements de droite. Nous prévoyons que cela mènera à de nouvelles formes de coopération et d'alliances qui auront une expression politique parlementaire, capable de freiner le pouvoir des entreprises, et d’introduire des réformes sociales et économiques profondes et fondamentales. Cela ne pourra pas se produire sans un leadership fort et révolutionnaire du parti communiste.

Les communistes canadiens reconnaissent que les conditions spécifiques au Canada, en tant que pays capitaliste avancé profondément intégré à l'économie et dans la machine de guerre américaine, ne seront pas les mêmes que dans d’autres pays où les conditions objectives et subjectives sont différentes. Lénine a cherché le maillon faible dans la chaîne de l'impérialisme, reflétant la dialectique de la lutte des classes au niveau national et international.

Ce qui est universel c’est la transition vers le socialisme en tant que nécessité historique, sur la base des conditions et l'alignement des forces propres à chaque pays. Nous reconnaissons et respectons ces spécificités, tout en exprimant notre ferme soutien à une plus grande coordination et à l'unité du mouvement communiste international et du mouvement ouvrier international.

En conclusion, nous tenons à remercier le Parti communiste portugais d’avoir accepté généreusement d'accueillir cette importante réunion.

Je vous remercie.